Non classé

Le ronflement et l’apnée du sommeil v2

Le ronflement est souvent considéré à tort comme un problème de santé bénin et peut être l’un des symptômes d’une affection beaucoup plus grave : l’apnée obstructive du sommeil (AOS).

 

L’AOS peut avoir des conséquences considérables et être associée à un risque accru de problèmes cardiovasculaires ainsi que de troubles cognitifs, comme des troubles de la mémoire. Les gens qui en sont affectés se plaignent souvent de somnolence, surtout les hommes, et de fatigue pendant la journée, principalement les femmes.

 

L’AOS accroît le risque de somnolence au volant et d’accident de la route. L’apnée est un désordre sérieux associé à une augmentation du risque de mortalité chez les personnes qui en souffrent.

Le ronflement affecte plus d’un adulte sur cinq. Il peut être lié au rétrécissement des voies aériennes supérieures causé, entre autres, par les facteurs suivants :
  • des amygdales anormalement grosses
  • un voile du palais trop long
  • un excès de tissus gras dans la gorge chez les personnes obèses
  • une mâchoire inférieure positionnée vers l’arrière
  • un palais profond
  • des réactions respiratoires et cardiovasculaires perturbées

 

En général, les personnes présentant ces anomalies n’éprouvent aucun problème respiratoire lorsqu’elles sont éveillées. En revanche, pendant leur sommeil, le relâchement musculaire au niveau de la gorge provoque un rétrécissement encore plus important des voies aériennes supérieures. Le passage de l’air entraîne alors une vibration des tissus avoisinants et le ronflement.

 

Les épisodes d’AOS provoquent une chute notable de l’apport d’oxygène au cerveau, ce qui entraîne des conséquences importantes sur la santé physique et physiologique. De plus, les épisodes d’AOS perturbent le sommeil qui devient alors non récupérateur. S’ensuit un cercle vicieux qui cause de la fatigue, des troubles de l’humeur et des désordres alimentaires, et qui peut même exacerber des conditions telles que la dépression et le diabète ainsi que la douleur.

Une approche multidisciplinaire de la gestion de l’AOS : le rôle du dentiste

 

Si le médecin spécialisé dans les troubles du sommeil est le professionnel de la santé habilité à poser un diagnostic d’AOS et à déterminer le plan de traitement associé à cette condition, seul le dentiste possède les connaissances nécessaires pour diagnostiquer les maladies des gencives et de l’os de support de la dent, dites maladies parodontales, les problèmes d’articulation de la mâchoire ou tout autre problème dentaire.

 

Il détient aussi l’expertise pour :

 

  • dépister le risque de présence de l’AOS en lien avec la condition buccodentaire
  • décider si la condition buccale est compatible avec l’utilisation d’une orthèse
  • déterminer le type d’appareil d’avancement mandibulaire approprié
  • procéder à la mise en place de l’appareil dentaire et à son ajustement
  • assurer le suivi et le confort du patient
  • diriger le patient vers un spécialiste en médecine du sommeil
Le traitement

Avant d’amorcer le traitement du ronflement, il est important d’éliminer la présence d’AOS afin d’identifier les patients à risque et de les traiter. Cette évaluation est faite par un médecin ayant des connaissances en médecine du sommeil; le pneumologue est le spécialiste le plus souvent consulté.

 

Tous les membres de l’Ordre des dentistes du Québec ont été formés pour dépister l’AOS; certains sont même habilités à traiter cette maladie.

 

Pour confirmer le diagnostic d’AOS, le spécialiste en médecine du sommeil utilise des enregistrements du sommeil effectués à la maison ou, si nécessaire, dans un laboratoire spécialisé.

Appareil de pression positive continue

L’usage d’un appareil de pression positive continue (PPC ou, en anglais, CPAP) est le traitement usuel de l’AOS. Un examen du nez pourrait être requis pour éliminer les obstructions nasales. L’atteinte d’un poids santé et un programme d’exercice font également partie des approches complémentaires.

Orthèse d'avancement mandibulaire

Parmi les traitements de choix reconnus pour le ronflement et l’AOS, le dentiste peut, à certaines conditions définies par son ordre professionnel, offrir à son patient de mettre en bouche un appareil amovible appelé orthèse d’avancement mandibulaire. Cet appareil avance la mandibule et maintient ainsi les voies aériennes supérieures fonctionnelles durant le sommeil. Il constitue une solution de rechange reconnue à la PPC. Un tel traitement requiert une prescription par un médecin spécialisé en sommeil et le dentiste qui l’entreprend doit détenir des connaissances dans le domaine.

L’orthèse d’avancement mandibulaire est conçue pour les personnes ayant les caractéristiques suivantes :

 

  • ronflement ordinaire ou AOS de légère à modérée ou lorsque la PPC ne peut être tolérée
  • absence de carie ou d’infection buccale
  • absence d’obésité majeure ou morbide
  • absence de maladies cardiaques ou neurologiques sévères

 

Il est important de préciser qu’en général, le traitement du ronflement ou de l’apnée par un appareil buccal ne cause pas de problèmes aux structures de la bouche et de l’articulation. Toutefois, pendant la phase d’adaptation, il peut y avoir de l’inconfort et des douleurs qui ne durent pas dans la plupart des cas. Le contact entre les dents supérieures et les dents inférieures, aussi appelé occlusion, peut changer avec le temps, d’où l’importance d’un suivi régulier par le dentiste.

Autres traitments

D’autres types de traitement peuvent aussi être envisagés selon la condition du patient :

 

  • programme d’exercices oropharyngés et de perte de poids
  • appareil de correction de la position dorsale du sommeil
  • prescription de certains médicaments
  • acupuncture
  • chirurgie orthognatique (avancement de la mandibule ou autres)
  • traitement orthodontique d’expansion palatine (chez l’enfant)

 

Le dentiste discutera des différentes options en fonction de la condition du patient.

À retenir

Le ronflement peut être un symptôme précurseur de l’AOS. En présence de fatigue et de somnolence non expliquées, une évaluation par un médecin du sommeil est recommandée. Il est important que les personnes qui présentent de tels symptômes en parlent à leur dentiste, car ce dernier sera en mesure de les diriger vers un médecin spécialisé dans les troubles du sommeil.

L’AOS se traite avec succès chez la plupart des individus qui profitent alors d’une meilleure qualité de vie et d’un meilleur pronostic de santé.

Un suivi régulier de l’AOS est fortement recommandé, peu importe le type de traitement préconisé (PPC ou orthèse d’avancement mandibulaire). Bien que la condition s’améliore pour la majorité des individus, elle peut aussi s’aggraver avec le temps.

Articles reliés